Les adolescents ne dorment pas assez !

C’est devenu une question de santé publique, en même temps qu’une préoccupation tenace pour les parents : les jeunes ne dorment pas suffisamment. Pire, ce maigre sommeil est souvent de mauvaise qualité. En faute, le temps passé sur les écrans, notamment juste avant de s’endormir, et la lumière bleue de ces écrans, qui a un effet négatif sur l’endormissement.

La plupart des adolescents s’endorment vers les 23 heures 30 en semaine, et plus tard le week-end. Alors qu’ils doivent en général se lever vers les 7 heures du matin en période scolaire.

Or, un jeune pour bien grandir et s’épanouir, pour profiter au mieux des apprentissages qu’il doit faire en journée, a besoin d’au moins 8 heures de sommeil par nuit.

On pense, à tort, que les siestes et la grasse matinée du week-end pourraient compenser le manque chronique de sommeil de nos actuels adolescents. Il n’en est rien.

Le sommeil du matin n’est pas véritablement réparateur. Les siestes de plus de trente minutes déséquilibrent l’horloge biologique du jeune, qui ne sait plus quand est le jour, et quand est la nuit.

Que faire ? Un petit tour dans leur chambre vers les 22 heures pour vérifier qu’ils ne restent pas connectés indéfiniment le soir sur les réseaux sociaux, ou des jeux d’ordinateur. Un petit tour avec eux dans une bibliothèque ou chez un marchand de livres, pour leur redonner l’envie de feuilleter quelques pages, et seulement quelques pages, avant de rejoindre les bras de Morphée.

Et puis, c’est une question de bon sens, poser clairement un horaire d’extinction des feux. C’est l’équilibre psychique et physique de nos adolescents qui est en jeu.

Articles recommandés