L’automne perturbe-t-il la qualité de notre sommeil ?

Dès le début de l’automne, le changement de luminosité a tendance à dérégler notre horloge biologique interne. Le soleil commence à se coucher de plus en plus tôt et par conséquent notre qualité de sommeil en pâtit. Pour éviter d’être perturbé par le changement de rythme, il est conseillé de se coucher plus tôt et d’observer des horaires fixes.

Avons-nous besoin d’hiberner ?

Dès que l’automne arrive, la somnolence et la paresse peuvent commencer à s’installer, tout comme les difficultés à se lever le matin. Nous avons en effet des comportements saisonniers et il est normal de fonctionner plus au ralenti pendant la saison froide. Toutefois, tout dépend des individus. Le besoin de dormir lorsque la luminosité du jour est plus courte a également un côté psychologique. Dormir devient un refuge lorsque notre humeur devient moins gaie. Certaines personnes auront envie de rester au lit plus longtemps, sans pour autant avoir envie de dormir davantage. D’autres, au contraire auront envie de dormir plus, c’est notamment le cas des personnes sujettes à la dépression hivernale.

Le manque de lumière

Le manque de lumière en automne, puis en hiver, bouleverse certaines personnes plus que d’autres. Le fait que le soleil se couche plus tard nous donne envie de nous lever plus tard. Le fait que le soleil se couche plus tôt nous donne envie de nous coucher plus tôt, sans pour autant que l’on puisse toujours trouver le sommeil. Face au manque de lumière, il est important de savoir que tout le monde n’est pas égal. Ainsi, certaines personnes ont, en effet, physiologiquement besoin de dormir plus. Les personnes ayant également un taux de sérotonine plus faible auront également besoin de dormir davantage en automne et en hiver.

Articles recommandés