Les conséquences de la pleine lune sur le sommeil

La pleine lune peut-elle altérer la qualité de votre sommeil
Le cycle lunaire est bien connu des astronomes. La lune se déplace selon des phases que l’on peut observer pour peu qu’on soit attentif. Depuis la lune noire où elle semble disparaître jusqu’à la pleine durant laquelle elle atteint sa plénitude, la lune nous montre des faces diverses. Une croyance populaire tend à souscrire au fait que la pleine agit sur notre sommeil, mais qu’en est-il vraiment ?

Des fantasmes et des certitudes !
Depuis des siècles, les soirs de pleine lune ont mauvaise réputation. Elle générerait la naissance de monstres comme les lycanthropes ou loups-garous qui se métamorphoseraient sous ses rayons puissants. Ces croyances ont donné lieu à l’émergence d’une littérature gothique où la lune joue un rôle important. En revanche, elle serait plutôt favorable en matière de pousse des végétaux et les amateurs de jardin suivent avec application le calendrier lunaire pour leurs plantations.


Néanmoins, on l’accuse aussi d’être responsable d’insomnies ou de difficultés d’endormissement. La pleine lune peut-elle également nous empêcher de dormir ? Il faut croire qu’aucune étude sérieuse n’avait jamais été menée jusqu’en 2013 où des savants suisses se sont livré à des expériences concluantes. Durant des nuits de pleine lune, ils ont procédé à des analyses de sang et les résultats sont sans appel. En effet, la pleine lune serait bien responsable d’un « manque à dormir » d’environ 30% pour ce qui concerne la phase très importante de sommeil profond. Cette phase correspond à la mémorisation et à la sécrétion d’hormones entre autres. En cause, une modification de la production de mélatonine, une hormone régulatrice du sommeil. Non seulement, celle-ci serait perturbée pendant la pleine lune mais aussi durant les nuits qui la précèdent ou qui la suivent.

Malgré ces conclusions, pour éviter les influences lunaires, il est conseillé d’installer des rideaux suffisamment épais pour empêcher la lumière de pénétrer. Alors, à vos oreillers !

Articles recommandés